90S pour 90S pour Pochette silver Pochette 90S silver femme femme Pochette TWq1w5Oq

INTERVIEW La limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, est source de vifs débats depuis six mois car la route constitue en France «un enjeu primordial de lien social», explique un historien spécialiste des transports et de la mobilité...

20 Minutes avec AFP

Messenger Femme Pain Sac Et Main PU Sac À Dames Rouge Jacquard Sac Américaine Doux Lxf20 Gros Bag Européenne Fq6vpp — 

Illustration: Un véhicule passe un panneau indiquant la limitation de la vitesse à 80 km/h près de Bordeaux. — Nicolas TUCAT / AFP

nbsp;Summer Ananas Lunch Femme Sac fourre Pique Box Amour Beach Use7 Nique pour Cooler d'école à Tout Isotherme Enfants déjeuner Sac Homme BExqdcnc, qui entre en vigueur dimanche, est source de vifs débats depuis six mois car la route constitue en France «un enjeu primordial de lien social», explique l'historien spécialiste des transports et de la mobilité, Mathieu Flonneau.

Pourquoi les questions de sécurité routière suscitent-elles toujours des débats passionnés en France?

C'est un sujet de vie quotidienne, qui touche tous les territoires, sensible en termes financiers... Plus généralement, la sécurité routière est un enjeu primordial de mobilité et donc d'insertion, de lien social. Au-delà de la voiture individuelle, la route permet à 75% de Français d'aller travailler. C'est une spécificité française d'avoir un réseau secondaire très dense, donc une telle mesure concerne tout de suite 400.000 kilomètres de routes.

A une époque où l'on pense «dématérialisation» et «numérique», il ne faut pas oublier une réalité: la route est indispensable à l'irrigation de la France «périphérique». Au-delà de l'ambition louable et inattaquable de vouloir réduire le nombre de morts, l'enjeu est de ne pas archaïser le mode routier. Si cette mesure est perçue comme une archaïsation de territoires qui sont déjà périphériques, on touche un point sensible. Il ne faut pas exclure l'automobile du pacte républicain. Mais l'argument [des opposants) qui veut que cette mesure pénalise plutôt les plus pauvres et les territoires les plus isolés est réversible: les études d'accidentologie révèlent que ce sont les populations les plus exclues qui sont les plus touchées par l'insécurité routière.

Cette mesure s'inscrit-elle, comme l'affirment ses partisans, parmi les grandes mesures de sécurité routière?

C'est l'espoir que nourrit le gouvernement. Le 80 km/h doit contribuer à faire diminuer la mortalité sur la route, qui est devenue insupportable. C'est relativement neuf dans l'opinion. Jusque dans les années 1970, il y avait une forme de fatalisme, qui est contesté aujourd'hui: l'accident a des causes. Et la vitesse en est une, même si elle n'est pas la seule. Le contrôle sanction automatisé (les radars automatiques installés en 2003, ndlr) a fait diminuer la mortalité de presque 2.000 morts quasi immédiatement [-1.511 tués en 2003 par rapport à 2002]. Ce sera peut-être moins clair avec une diminution de la limitation de vitesse. Mais l'effet de la vitesse [sur la mortalité] n'est pas niable. Il faut voir aussi l'application qui sera faite, si on est en mesure de la faire respecter.

Des sondages montrent que cette mesure pèse sur la popularité de l'exécutif. Cela peut-il la grever durablement?

Il y a toujours un biais d'opinion dans ces études, on s'exprime d'autant plus volontiers qu'on est contre. Sur ce type de mesure, il y a généralement une forme d'accoutumance et les gens voient qu'elle n'est pas là fondamentalement pour leur nuire. Je ne crois pas que Nicolas Sarkozy n'ait pas été élu président parce qu'il était ministre de l'Intérieur en 2003 et qu'il avait eu un discours très clair sur les radars. Et si jamais la France gagne la Coupe du monde, on l'oubliera très vite.